« Ces prochaines années sont vraiment décisives. » Philippe Pelletier, Président du Plan Bâtiment Durable

La lutte contre la précarité énergétique est, en matière de logement, au cœur du triptyque qui constitue le développement durable : socialement, elle concerne les plus fragiles d’entre nous qui accumulent des précarités de tous ordres et souvent, ne le manifestent pas ; économiquement, la lutte accroît le « reste-à-vivre » qui fait tant défaut à ces ménages en situation de précarité, en isolant leur logement et permettant qu’il soit chauffé ; écologiquement enfin, l’effort se porte prioritairement sur ces pavillons si nombreux qui, faute d’être isolés, chauffent l’air extérieur et consomment deux fois plus d’énergie qu’un appartement de surface similaire.

C’est la raison pour laquelle, dès le Grenelle de l’environnement, le Plan Bâtiment Durable a suscité le développement de politiques publiques pour faire de la lutte contre la précarité énergétique une priorité de l’action. C’est ensemble, associations, agences publiques, opérateurs du logement, filière de la rénovation, que nous avons en 2009 posé les bases du programme « Habiter Mieux » qui est porté par l’Agence nationale de l’habitat (Anah), et que nous avons provoqué simultanément une action vigoureuse d’éradication des logements énergivores du parc social, pour améliorer le mieux-vivre des locataires Hlm.

Notre conviction commune, à l’époque comme aujourd’hui, est double : l’argent public doit principalement concentrer l’aide sur les plus fragiles et il serait inconvenant qu’une politique de rénovation énergétique des logements n’en fasse pas sa priorité ; mais l’argent ne suffit pas, et c’est d’un accompagnement global dont ces ménages ont besoin, de la prise de décision à la réception des travaux, en passant par le choix de l’entreprise et le plan de financement.

Plus de dix ans se sont écoulées depuis ces impulsions et nous devons convenir que l’appareil d’Etat a été au rendez-vous, bien sûr avec des hauts et des bas au cours de la période, mais sans que le cap soit perdu de vue et que l’effort se relâche. Une nouvelle étape se dessine qu’à nouveau nous accompagnons ensemble : le « changement de braquet » d’abord que provoque MaPrimeRénov’, le programme d’amplification spectaculaire des actions de rénovation de logements, et notre vigilance demeure celle de la priorité réservée à la lutte contre la précarité énergétique et à l’accompagnement des ménages concernés ; la contrainte ensuite, qui induit la sortie à terme des logements énergivores du parc locatif privé : maintenant que les étapes sont fixées par la loi, il nous faut tous ensemble accompagner les bailleurs dans la rénovation de ce parc qui loge beaucoup de ménages fragiles, éprouvés par la crise sanitaire, car nous devons éviter la naissance à terme d’autres précarités qui procéderaient de la contraction excessive du parc locatif privé.

En somme, continuons à jouer collectif : le défi est posé, qui exige de nous qu’au-delà de la mobilisation nécessaire des esprits, nous fonctionnions en mode Action, chaque organisation selon ses talents : ces prochaines années sont vraiment décisives.

Philippe Pelletier, président du Plan Bâtiment Durable

Mobilisez-vous
Mobilisez-vous !
Vous souhaitez faire vivre la journée contre la précarité énergétique en organisant un événement ?
En participant, vous ancrez votre action dans une dynamique collective et nationale !
Plus d'informations
Restez informés
Restez informés

 

Loading