Habitabilité du logement, habitabilité de la planète – même combat au Secours Catholique – Caritas France

La précarité énergétique, une réalité qui frappe durement les ménages accompagnés par le Secours Catholique

Fort de ses 3 500 équipes et de ses 2 400 lieux d’accueil réparties dans 74 délégations départementales, le Secours Catholique accompagne chaque année environ 1,4 millions de personnes en situation d’exclusion. Si parmi elles les deux tiers disposent d’un logement stable dans le parc privé ou le parc social, elles y sont le plus souvent fragilisées par la faiblesse de leurs ressources ou des conditions d’habitat dégradées. C’est notamment le cas des ménages en situation de précarité énergétique, qu’ils soient locataires ou propriétaires de leur logement.

Les statistiques nationales[1] du Secours Catholique révèlent l’ampleur inquiétante du phénomène:

  • Au sein du budget des ménages (dont la moitié est engloutie par les frais liés au logement), les dépenses d’énergie représentent le 2ème poste le plus lourd à assumer derrière le loyer et les charges (103 € sur 604 € de dépenses mensuelles médianes)
  • Le poids considérable des dépenses énergétiques en fait par conséquent le 2ème motif d’impayés chez les ménages, derrière le loyer (40,5% des ménages endettés sont concernés par ce type d’impayés)
  • Parmi les aides financières accordées par le Secours Catholique, l’aide au paiement des factures d’énergie représente le 2ème poste le plus important (1,3 M€ sur 9,1 M€ d’aides au total), juste derrière l’alimentation (2,7 M€) et avant le loyer et les charges (1 M€)
© Christophe Hargoues / Secours Catholique

Les actions du Secours Catholique pour venir à bout de la précarité énergétique

Face aux conséquences sociales, écologiques, sanitaires et financières délétères[2] de la précarité énergétique, les équipes bénévoles et salariées du Secours Catholique déploient quotidiennement une palette d’actions adaptées à chaque ménage : accueil et écoute, évaluation globale de la situation, liens avec les services sociaux et les partenaires du territoire pour favoriser l’accès aux droits (comme les aides du fonds de solidarité pour le logement des départements, le chèque énergie, etc.), octroi d’aides financières, négociation avec les énergéticiens pour prévenir les coupures d’énergie, médiation avec les bailleurs pour les inciter à la réalisation de travaux, etc.

En complément de ces actions et afin de s’attaquer aux racines de la précarité énergétique, de plus en plus de délégations accompagnent les propriétaires occupants modestes dans leurs démarches de rénovation. En effet, élaborer son projet, réussir à se repérer dans le maquis des dispositifs de financement de la rénovation énergétique, mobiliser des entreprises qualifiées et dignes de confiance et parvenir enfin à assumer le reste à charge des travaux (environ 10% de la facture totale), c’est souvent mission impossible quand on se bat d’abord pour sa survie.

© Christophe Hargoues / Secours Catholique Christophe Hargoues / Secours Catholique

C’est pourquoi le Secours Catholique soutient également le programme expérimental “1digneToit” dans le cadre d’un partenariat entre les délégations de la région Hauts-de-France, le Réseau Eco-Habitat et l’Agence nationale de l’habitat. Il permet de conjuguer accompagnement fraternel et ingénierie financière, sociale et technique pour rénover les logements de 200 ménages en situation de précarité[3]. Le projet est actuellement en cours de modélisation et d’essaimage dans de nouveaux territoires.

Le plaidoyer du Secours Catholique pour sortir de l’inaction sociale et climatique face à la précarité énergétique

              Enfin, à l’heure où le 6ème rapport d’évaluation du GIEC tire la sonnette d’alarme sur le péril climatique imminent qui menace l’humanité, le Secours Catholique plaide pour une transition écologique juste nécessitant de:

  • Doubler le montant du chèque énergie
  • Créer une obligation de rénovation des logements conditionnée à un accompagnement technique et financier adapté
  • Se doter d’instruments budgétaires et fiscaux permettant de massifier les rénovations globales et performantes
  • Rendre ces rénovations financièrement accessibles aux plus modestes par la garantie d’un reste à charge zéro
  • Déployer à l’échelle nationale un accompagnement global, gratuit et indépendant adapté aux besoins des ménages les plus fragiles

[1] Toutes les données de cet articles sont issues du Rapport Etat de la pauvreté en France 2020

[2] Lire à ce propos le reportage Passoires thermiques: Le quotidien infernal des maisons courant d’air

[3] Découvrir à ce propos le reportage Rénovation énergétique: “Je ne veux plus avoir honte de chez moi”

Mobilisez-vous
Mobilisez-vous !
Vous souhaitez faire vivre la journée contre la précarité énergétique en organisant un événement ?
En participant, vous ancrez votre action dans une dynamique collective et nationale !
Plus d'informations
Restez informés
Restez informés

 

Loading